L’arrivée du beau temps rime avec réfection et mise à niveau des parcs, des routes et des bâtiments

Le plan quinquennal d’immobilisation (PQI) prévoit en 2021 des investissements de plus de 7 millions $ dans nos routes, nos parcs et nos bâtiments (sans emprunter / utilisation des surplus cumulés).

Cliquez sur les cartes pour agrandir…

  • Lignes oranges: travaux de pavage (3M$);
  • Lignes rouges: réaménagement des 2 intersections de la route 138 (3M$);
  • Lignes vertes: trottoirs – entre Valériane et le Métro (+/- 150000$) + trottoir sur la route Tessier construit par Hydro-Québec (sans frais pour la Ville);
  • Lignes grises: massif de béton enfoui dans le sol construit par Hydro-Québec (sans frais pour la Ville);
  • Puce «jumelle» verte: aménagement d’un sentier et d’un belvédère au parc des Hauts-Fonds (45000$ + subventions obtenues par la FQPPN);
  • Puces «planche à roulette» vertes: mise à niveau des skateparks (500000$);
  • Puces «marteau» oranges: réfection de la toiture de la bibliothèque (400000$) et début des travaux de mise à niveau du garage municipal et de l’hôtel de Ville* (630000$).

*Le coût total de la mise à niveau du garage municipal et de l’hôtel de ville est estimé à 9,5M$. Ce projet débutera en 2021, mais les travaux importants sont prévus en 2022.


Consultez tous mes articles à propos des infrastructures et de la gestion des actifs.

Le jour de la marmotte ?

Tout comme le maire et mes collègues conseillers Jean Simard et Jonathan Palmaerts, j’ai voté en faveur d’un cadre financier qui prévoit un gel de taxes en 2021 et minimalement un gel de taxes pour 2022-2023-2024-2025. Un plan projetant des investissements de 54,6 millions $, sans emprunter, a aussi été adopté (améliorations de la sécurité routière, des routes, des parcs, des bâtiments, des déplacements actifs, revitalisation du Lac, etc).

Vous pouvez consulter tous les détails du budget adopté en cliquant sur ce lien.

En opposition, trois de mes collègues souhaitaient quant à eux une planification à plus court terme, sur 3 ans plutôt que 5 ans, et une baisse de la taxe résidentielle en 2021 de 0,03$* du 100$ d’évaluation.

*Pour une maison d’une valeur de 360 000$, la baisse n’aurait été que de 108$. Les revenus de la Ville auraient alors diminué de 1 million $ sur un budget de proximité de 35 millions $.

«Il s’agirait d’une simple redistribution de la richesse accumulée» – Article du Journal l’Appel

Utiliser des surplus non-récurrents (admissions VdQ dans le litige de la quote-part, vente de terrains industriels, assurance affaissement CJMR, subvention TECQ) pour baisser les taxes en année électorale? Voilà rien pour soigner le cynisme envers les élus.

Le «Jour de la marmotte»

Il y a presque quatre ans jour pour jour, l’équipe Corriveau amendait le budget 2017 afin de baisser le taux de taxation de 1,5%, avec des arguments similaires.

Certes, la situation financière n’est pas la même qu’en 2017. Elle s’est nettement améliorée, mais avec combien d’efforts de la part des augustinois.

Les objectifs ne sont pas atteints.

Au 31 décembre 2020, notre ratio d’endettement frôlait toujours les 190%. En utilisant tous les surplus cumulés pour rembourser la dette et ne pas emprunter, ce n’est qu’en 2023 ou 2024 que nous atteindrons un ratio d’endettement de 100%. À ce moment nous pourrons dire mission accompli et revenir à un compte de taxes dans la moyenne régionale.

On n’abandonne pas aussi prêt du but.

Surplus cumulés : Rembourser la dette et mettre à niveau les routes, parcs et bâtiments, sans emprunter

Ces dernières années, plusieurs revenus non récurrents sont venus gonfler les surplus:

  • Plus de 15 millions$ de vente de terrains commerciaux et industriels;
  • 11,8 millions$ de trop-perçus admis par la VdQ (litige de la quote-part);
  • 3,5 millions$ du programme TECQ qui seront à rembourser à la VdQ (VSAD sert de boîte aux lettres pour l’agglomération);
  • 1,8 millions$ de couverture d’assurance suite à l’affaissement partiel du CCJMR;
  • 1,2 millions$ de droits de mutation suite à deux transactions commerciales majeures.

Au total, c’est un montant d’au moins 33,3 millions$ non récurrent qui est inclus dans le surplus total.

Cliquer sur le graphique pour agrandir…

Selon la stratégie de remboursement de la dette en place depuis le budget 2018, ce montant non récurrent doit être affecté à payer la dette et à payer les investissements comptants (ne pas emprunter) jusqu’à ce qu’un taux d’endettement de 100% à 125% soit atteint (dette nette = budget de proximité = entre 35 et 40 millions$).

Avec les fenêtres de remboursement qui s’ouvriront en 2021-2022-2023, tout en gelant les taxes pour 5 ans et en mettant à niveau nos routes, parcs et bâtiments, sans emprunter, cet objectif est atteignable le 31 décembre 2023.

Cliquer sur le graphique pour agrandir…

« L’objectif n’est pas encore atteint. Il faudra résister à la tentation de dépenser à tout vent dans de grandioses projets inutiles ou de faire miroiter d’illusoires baisses de taxes qui sont nécessairement toujours suivies de hausses. Saint-Augustin-de-Desmaures a déjà joué dans ce mauvais film; comptez sur moi pour que nous ne retombions pas dans les ornières du passé. »

Sylvain Juneau, maire