Le Lac Saint-Augustin, un milieu naturel d’intérêt écologique

Cliquer sur la carte pour agrandir…

Source: Schéma d’aménagement et de développement de l’agglomération de Québec (p.105 / carte 21)

Dans le nouveau «Schéma d’aménagement et de développement de l’agglomération de Québec»1, qui est entré en vigueur le 7 février dernier, le lac Saint-Augustin a été identifié comme étant un «territoire  d’intérêt écologique» ou «milieu naturel d’intérêt écologique».

Le schéma prévoit alors que les municipalités (Ville de Québec et Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures) doivent:

  • Proposer une réglementation qui porte minimalement sur les champs d’intervention suivants:
    • La nature ou le type de territoire d’intérêt écologique;
    • La cohabitation et la compatibilité des usages sur ce territoire d’intérêt écologique en fonction de leur degré de sensibilité;
    • L’atténuation et la prévention de l’impact des activités humaines sur ce territoire d’intérêt écologique;
  • Proposer un type de zonage qui permet de protéger et mettre en valeur ce  territoire d’intérêt écologique;
  • S’engager à poursuivre l’acquisition de connaissances à l’égard de ce territoire d’intérêt écologique afin de proposer des moyens d’intervention adaptés à sa préservation et à sa mise en valeur et à procéder aux ajustements nécessaires si requis.

C’est d’abord dans cet esprit que la nouvelle réglementation, touchant le lotissement et les normes de zonage du secteur nord du lac Saint-Augustin, a été élaborée.

Et conséquemment, c’est pourquoi le conseil a appuyé l’initiative du Conseil du bassin versant du lac Saint-Augustin de former une table de concertation entre les élus de la Ville de Québec et de la Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures et les représentants du Conseil du bassin versant du lac Saint-Augustin pour définir et mettre en œuvre conjointement les projets nécessaires à la revitalisation du lac Saint-Augustin. Le conseiller du Lac, M. Raynald Brulotte, a été nommé sur ce comité pour représenter la Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures.

Source: Schéma d’aménagement et de développement de l’agglomération de Québec


  1. «Le schéma d’aménagement et de développement (SAD) est le document de planification qui établit les lignes directrices de l’organisation physique du territoire de l’agglomération de Québec. Il permet de coordonner les choix et les décisions qui touchent les trois municipalités (Québec, L’Ancienne-Lorette et Saint-Augustin-de-Desmaures). Le schéma est un document d’intention formulé et conçu de manière à faire ressortir une vision régionale du développement durable.»
    Source: Ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH)

Un peu d’histoire…

Le District 3 – Lahaye

Le district 3 a été nommé «Lahaye» en référence au développement résidentiel sur la terre «Stanislas Lahaye», fils de «Tobie Lahaye», dans la deuxième moitié des années 1970 (environ 350 unités d’habitation).

Le train a amené à Saint-Augustin-de-Desmaures (SAD) «Tobie Lahaye» et sa femme Julia-Anna Savard au milieu des années 1890. Tobie est devenu chef de gare et il habitait sur place avec femme et enfants.

En 1909, il achète une terre et se fait construire une maison (au 369 route 138), une grande maison; la famille est nombreuse. Il est prévoyant pour l’avenir. Un dernier enfant va naître en 1910, Stanislas Lahaye, qui va se marier en 1938 à Thérèse Juneau.

Stanislas Layahe va assurer la relève en étant cultivateur. Ses parents auront leur appartement dans la grande maison que Tobie a fait construire.

Ils vont mourir âgés; Tobie décède à 93 ans en 1958. Stanislas Lahaye aura une famille nombreuse, 8 enfants.

Stanislas L. est décédé chez lui en 2011 à 101 ans et sa femme Thérèse à 96 ans en 2014.

À l’âge de 65 ans, Stanislas Lahaye a vendu sa terre pour le développement résidentiel. Cependant, il a pris soin de garder son érablière au sud de sa terre (dans le coteau) qui jouxte le chemin du Roi. Cette dernière est toujours la propriété des Lahaye.

En donnant le nom de Lahaye à ce district, la municipalité de SAD a agi comme «passeur de mémoire».

Source: Bertrand Juneau, Président de la Société d’histoire de Saint-Augustin