Le lac Saint-Augustin

Au début de l’été, la chaleur accablante a été fatale pour des milliers de poissons du lac Saint-Augustin.

La nature s’est chargée de remettre à l’avant scène une triste réalité…

«Le lac Saint-Augustin se meure lentement en raison des nutriments et des sédiments qui migre de son bassin versant vers ses eaux. Les sédiments s’accumulent au fond du lac favorisant l’enracinement des plantes aquatiques. Les nutriments engendrent leur prolifération. Les plantes poussent puis meurent et les bactéries présentes les décomposent en matière organique, ce qui consomme l’oxygène dissous dans l’eau, au détriment des poissons.» – Source: CBLSA

Cliquer sur les images pour agrandir…

Pour renverser la vapeur, le Conseil de Bassin du Lac Saint-Augustin (CBLSA), qui oeuvre à la sauvegarde et à la mise en valeur du plan d’eau, compte sur la mobilisation de tous (des riverains, des propriétaires qui habitent dans le bassin versant, de tous les augustinois, des élus municipaux de Saint-Augustin-de-Desmaures et de la Ville de Québec, ainsi que des autorités gouvernementales) autour d’un plan d’action qui se déploie sous trois grands axes d’interventions:

  • Mise en oeuvre des recommandations de la diagnose du lac – cliquer sur ce lien pour plus d’informations, soit couper la route aux polluants qui proviennent de l’extérieur du lac;
  • Planifier des mesures d’atténuations et de corrections qui permettraient de gérer les sédiments accumulés depuis des décennies;
  • Mise en valeur du lac pour comprendre les enjeux et les actions nécessaires.

Le Lac Saint-Augustin est un joyau au coeur de notre ville.

C’est dans cette optique que je me suis impliqué en 2019 au sein du comité qui a jeté les bases de la refonte règlementaire du secteur Nord du Lac Saint-Augustin.

J’ai aussi participé à la campagne référendaire – actuellement sur pause en raison de l’urgence sanitaire – afin de présenter mes motivations pour les règlements de lotissement et de zonage proposés.

Le contrôle (par infiltration) des eaux de ruissellement qui limitera le déversement de polluants dans le lac, ainsi que la conservation des arbres et de la végétation – au besoin le reboisement – sont des moyens efficaces pour freiner la croissance des algues et la prolifération des cyanobactéries. Ces deux éléments sont l’essence même du règlement 2019-608 qui a été adopté à l’unanimité par le conseil municipal et qui est sujet à l’approbation des citoyens du secteur Nord du Lac.

Cliquer sur les images pour agrandir…

Aujourd’hui, les riverains sont appelés à être les premiers acteurs de la revitalisation du lac Saint-Augustin et pour ma part, le règlement 2019-608 doit recevoir un appui convaincant des électeurs. Ensuite, pour avoir un impact déterminant sur la santé du lac, plusieurs autres actions (à l’étude) et des sommes importantes seront nécessaires. L’ensemble des citoyens de la Ville sera alors appelé à participer à la restauration, à la conservation et à la valorisation de ce «site écologique d’intérêt».

Bien que les riverains bénéficient directement des attributs du secteur, «de par son accessibilité, ses valeurs communautaires et sociales, ses potentiels récréatifs, éducatifs, patrimoniaux et historiques, assurer la pérennité et la qualité du lac Saint-Augustin représente un enjeu stratégique pour le développement de l’ensemble de la collectivité».

Assemblée générale annuelle du Conseil de Bassin du Lac Saint-Augustin (CBLSA)

Crédit photo: Michel CORBOZ

Le CBLSA tenait ce soir son assemblée générale annuelle «virtuelle». J’y ai assisté et j’en ai profité pour souligner l’importante contribution du conseil d’administration et des bénévoles impliqués dans les efforts de «revitalisation» du Lac Saint-Augustin.

Le weekend dernier, le lac Saint-Augustin faisait encore la manchette pour une situation bien regrettable.

La chaleur accablante des derniers jours a été fatale pour des milliers de poissons.

La nature s’est chargée de remettre à l’avant scène une triste réalité…

«Le lac Saint-Augustin se meure lentement en raison des nutriments et des sédiments qui migre de son bassin versant vers ses eaux. Les sédiments s’accumulent au fond du lac favorisant l’enracinement des plantes aquatiques. Les nutriments engendrent leur prolifération. Les plantes poussent puis meurent et les bactéries présentes les décomposent en matière organique, ce qui consomme l’oxygène dissous dans l’eau, au détriment des poissons.» – Source: CBLSA

Cliquer sur les images pour agrandir…

Pour plus de détails, je vous invite à consulter la section portant sur la «Diagnose du Lac» sur le site internet du CBLSA.

Pour renverser la vapeur, le CBLSA compte sur la mobilisation des riverains, des propriétaires qui habitent dans le bassin versant, de tous les augustinois, des élus municipaux de Saint-Augustin-de-Desmaures et de la Ville de Québec, ainsi que des autorités gouvernementales.

Cliquer sur les photos pour agrandir…

Crédit photo: CBLSA

En 2019, plusieurs projets ont été mis de l’avant par le CBLSA:

  • Diffusion de la diagnose du lac (trois conférences);
  • Développement du concept de talus fleuri et sensibilisation aux fossés à l’état naturel;
  • Accompagnement des riverains qui désirent végétaliser les rives du lac;
  • Visite des marais épurateurs non-fonctionnels avec une firme d’ingénierie;
  • Implication dans des dossiers d’urbanisme dans le bassin versant;
  • Surveillance des algues bleu-vert;
  • Présentation de la démarche de revitalisation du lac à la VSAD et la VdQ;
  • Participation à la mise en place d’un comité tripartite (CBLSA – VSAD – VdQ);
  • Réalisation d’une estimation des coûts de remplacement des bouées/panneaux d’affichage de la limite de vitesse;
  • Corvée annuelle de nettoyage des rives et des alentours du lac;
  • Collaboration avec la SHSAD à la réalisation d’un panneau didactique au parc Riverain.

Le plan d’action 2020 est tout aussi complet et se déploie sous trois grands axes d’interventions:

  • Mise en oeuvre des recommandations de la diagnose du lac, soit couper la route aux polluants qui proviennent de l’extérieur du lac;
  • Planifier des mesures d’atténuations et de corrections qui permettraient de gérer les sédiments accumulés depuis des décennies;
  • Mise en valeur du lac pour comprendre les enjeux et les actions nécessaires.

Merci encore une fois aux membres du CBLSA!


Le Lac Saint-Augustin est un joyau au coeur de notre ville.

Il faut prendre les moyens pour protéger ces attributs écologiques.

C’est dans cette optique que je me suis impliqué en 2019 au sein du comité qui a jeté les bases de la refonte règlementaire du secteur Nord du Lac Saint-Augustin.

Saint-Augustin-de-Desmaures peut continuer son développement… mais jamais au détriment des milieux naturels, sans altérer notre «caractère rural» et tout en protégeant le patrimoine (ou du moins ce qu’il en reste). Ces principes me guident dans toutes les décisions  d’urbanisme.

Crédit photo: Patrick Couture

J’ai participé à la campagne référendaire – actuellement sur pause en raison de l’urgence sanitaire – afin de présenter mes motivations pour les règlements de lotissement et de zonage proposés.

Le contrôle (par infiltration) des eaux de ruissellement qui limitera le déversement de polluants dans le lac, ainsi que la conservation des arbres et de la végétation – au besoin le reboisement – sont des moyens efficaces pour freiner la croissance des algues et la prolifération des cyanobactéries.

Cliquer sur les images pour agrandir…

Les riverains ont été appelés à être les premiers acteurs du changement, mais un engagement «collectif» et un ensemble d’autres actions seront nécessaires pour avoir un niveau d’impact beaucoup plus efficient.

Cliquer sur les images pour agrandir…

Crédit photo: Journal de Québec / Société d’histoire de Saint-Augustin-de-Desmaures

Protection de l’Îlot paroissial et des pavillons MB et DLS de l’école des Pionniers

Source: VSAD.ca

Un avis public est paru aujourd’hui dans les journaux et sur le site web de la Ville concernant une consultation publique écrite dans le but de protéger en autres l’Îlot paroissial et les 2 pavillons primaires de l’école des Pionniers, situés dans le district 3 (sauf la Maison Jobin citée plus bas – district 4).

«L’intention principale du conseil municipal est de protéger, conserver et favoriser la mise en valeur de certains immeubles patrimoniaux ayant une valeur historique, identitaire ou esthétique importante pour la Ville.

Les immeubles suivants sont concernés: l’îlot paroissial situé au 325, route 138, qui inclut notamment l’église, le presbytère de Saint-Augustin et le cimetière, la clôture en fer forgé qui ceinture le cimetière et qui est surmontée d’un ange à la trompette et de deux hiboux, le calvaire à cinq personnages ainsi que le monument du Sacré-Coeur et les pavillons Marguerite-Bourgeois et De La Salle de l’école des Pionniers, la maison Praxède-LaRue, la maison Thibault-Soulard et la maison Jobin.»

Pour se faire, il faut modifier le règlement relatif aux «Plans d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA)» et celui-ci doit  doit faire l’objet d’une consultation publique.

Dans le contexte de la Covid-19, le processus de consultation publique en séance est remplacé par la possibilité de se faire entendre par une consultation écrite, annoncée par un avis public préalable de 15 jours.

Les citoyens peuvent dès maintenant consulter la documentation ci-dessous et s’exprimer dès maintenant:

*Pour recevoir les avis publics, abonnez-vous aux alertes citoyennes.

PIIA ?

Un PIIA est une approche d’évaluation plus souple des projets à partir de critères plutôt que de normes.

Le PIIA favorise la recherche de solutions novatrices dans un échange ouvert entre la municipalité et les promoteurs ou propriétaires.

L’approche est particulièrement appropriée lorsqu’il s’agit de régir les aménagements et les constructions dans les zones sensibles du territoire, que ce soit en milieu dense où l’intérêt est d’ordre architectural ou urbanistique, ou qu’il s’agisse de secteurs encore caractérisés par leur environnement naturel.

Ainsi, dans un quartier ancien, l’intégration architecturale des nouveaux bâtiments ou des modifications effectuées aux bâtiments existants peut constituer une priorité.

De même, en milieu naturel, la municipalité peut chercher une implantation de bâtiments de villégiature plus respectueuse du site, de la végétation et de la topographie.

Dans la plupart des cas, l’enjeu réglementaire sous-jacent à l’approbation d’un PIIA sera d’assurer la bonne insertion de nouvelles constructions ou d’aménagements de manière à ne pas altérer le caractère ou à rompre l’équilibre des lieux.

Source: Ministère des Affaires Municipales et de l’Habitation (MAMH)

Covid-19 – Lac Nord: le référendum n’aura pas lieu

Cliquer sur ce lien pour consulter le communiqué officiel.

«À la suite de la décision de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH), Mme Andrée Laforest, la consultation référendaire concernant le Règlement n° 2019-608 modifiant le Règlement de zonage n° 480-85 en modifiant le plan de zonage et certaines normes applicables au secteur nord du lac Saint-Augustin n’aura pas lieu les 22 mars (vote par anticipation) et 29 mars (vote) prochains, afin de minimiser les risques de propagation de la COVID-19.

Au moment d’écrire ces lignes, jeudi le 19 mars à 13 h, la suite du processus n’est pas encore définie de façon précise. La Ville suivra les directives du MAMH à cet égard.»