Covid-19 – Soutenir nos organismes partenaires – Hockey mineur CRSA

La crise de la COVID-19 a durement touché nos organismes.

Ce printemps, au plus fort de la pandémie, le conseil a octroyé deux subventions d’urgence de 5000$; l’une à Présence-Famille et l’autre à la Saint-Vincent de Paul.

Il y a quelques semaines, une aide financière a aussi été accordée à Kéno pour le camp de jour municipal afin de garantir une place sécuritaire à tous les jeunes augustinois.

Ces derniers jours, mon collègue Jean Simard et moi, nous avons collaboré à rédiger la résolution qui a été présentée ce soir en séance extraordinaire.

L’Association de hockey mineur Cap-Rouge/St-Augustin a subi des pertes de revenus importantes dues à la pandémie et le plan de retour au hockey approuvé par la santé publique nécessite des heures de glace supplémentaires.

Je vous invite à consulter la résolution proposée:

Résolution – Aide financière à l’Association de Hockey Mineur de Cap-Rouge/St-Augustin Inc.

La résolution a été adoptée à majorité (Pour: Sylvain Juneau, Jean Simard, Yannick LeBrasseur, Jonathan Palmaerts, Raynald Brulotte | Contre: Marcel Desroches | Absente: Annie Godbout).

Lors du débat, j’ai informé les membres du conseil et les citoyens que j’ai deux garçons qui sont inscrits au hockey mineur. Toutefois, puisque mon intérêt n’est pas distinct de celui de l’ensemble des citoyens, j’ai participé aux délibérations et j’ai voté sur la résolution. Advenant son adoption, les tarifs d’inscription seront gelés aux taux de l’an dernier pour tous les joueurs, plutôt que de se voir imposer une augmentation de 50$/joueur. À noter que lors de l’adoption du budget 2020, j’avais déjà voté en faveur du gel des tarifs en 2020 pour toutes les activités sportives, culturelles, de loisirs et de vie communautaire. Le 11 août dernier, j’ai fait les paiements pour mes garçons aux tarifs majorés et j’ai avisé par écrit le directeur général de l’association que je n’accepterai aucun remboursement de leur part le cas échéant. De plus, j’ai fait un don de 100$ en signe de solidarité.

Lettre adressée au directeur général et copie des chèques

Budget 2020 – Gel des tarifs et nouvelle tarification familiale


Je profite de l’occasion pour partager ma vision quant aux organismes qui s’activent dans notre ville.

Je trouve plus approprié de parler d’«organismes partenaires», plutôt que d’organismes communautaires – cette expression est pour moi dépassée.

Nos partenaires sont administrés par des bénévoles et à Saint-Augustin-de-Desmaures, il y a des centaines de bénévoles qui mettent des milliers d’heures pour offrir des services diversifiés aux augustinois.

Nos bénévoles, ils se structurent (conseil d’administration), se gèrent (budget, règles), ils forment, ils accompagnent (jeunes, aînés, personnes vulnérables), ils interviennent (environnement, prévention, sécurité), ils rendent des comptes (AGA, élections).

Nous profitons de la très grande expertise de nos bénévoles; nous avons des sportifs de haut niveau (joueurs de ligues professionnelles, athlètes olympiques), des personnes avec des expériences de travail très diversifiées (musiciens, historiens, auteurs, réalisateurs, peintres, archéologue, architectes, horticulteurs, biologistes, écologistes, militaires, etc.), des sommités dans des domaines plus pointus (chercheurs universitaires).

Si on exclut les coûts associés aux bâtiments et terrains extérieurs, en 2019, l’aide financière directe aux 29 organismes reconnus étaient d’environ 200000$.

L’aide financière accordée par la ville ne représente qu’une fraction du budget de fonctionnement de ces organismes (moins de 6%).

Plusieurs études prouvent que pour chaque dollar public investi dans les OBNL, la collectivité en retire en moyenne 3,30$.

Les organismes nous permettent donc de faire plus avec moins.

Imaginons un instant les coûts et la structure organisationnelle qui seraient requises à la Ville pour servir les 3000 membres augustinois de ces organismes. Si on ajoute les sous-traitants Kéno et SODEM, on parle de 6000 bénéficiaires; parents, jeunes, moins jeunes, danseurs, musiciens, chanteurs, sportifs (natation, hockey, gymnastique, soccer, arts martiaux, baseball, escrime), etc…

Il est important de rappeler que les loisirs, la culture et la vie communautaire sont des compétences municipales inscrites dans la «Loi sur les compétences municipales C47.1», tout comme les parcs, le développement économique, l’environnement, la salubrité, les nuisances, la sécurité, le transport, etc.

Si l’on se compare aux villes de population ou budget similaire, nous dépensons moins en «loisirs et culture» que la majorité de nos consœurs.

Données des budgets 2019:

Ville Revenus Dépenses en «Loisirs et culture» Proportion dépenses «Loisirs et culture» / Revenus
VSAD 60 489 815 $ 4 571 127 $ 8%
Baie-Comeau 72 481 620 $ 8 876 725 $ 12%
Candiac 47 260 000 $ 5 870 400 $ 12%
Joliette 67 108 150 $ 6 639 110 $ 10%
Mont-St-Hilaire 37 748 600 $ 3 672 500 $ 10%
Saint-Lazarre 31 259 900 $ 4 673 200 $ 15%
Varennes 41 314 219 $ 8 347 524 $ 20%

La contribution des organismes partenaires est essentielle au dynamisme de notre milieu et à la qualité de vie des citoyens.

C’est pourquoi la Ville s’est dotée d’une politique de reconnaissance des organismes qui a été actualisée en 2018.

Cette politique fonctionne quand ça va bien, mais aujourd’hui, il nous en faut une aussi pour quand ça va mal.

L’arrêt des activités ordonné par la santé publique a eu bien des impacts négatifs pour nos organismes partenaires:

  • Chute ou remboursement des inscriptions;
  • Absence ou diminution de la vente de billets;
  • Annulation d’événements;
  • Annulation des collectes de fonds;
  • Perte de commandites;
  • Perte ou absence de subventions;
  • Perte de revenus provenant de la vente de biens et services.

Considérant tout ce qui vient d’être présenté, il est primordial de soutenir plus que jamais les organismes partenaires.

Il faut:

  • Leur permettre de continuer à œuvrer dans leurs champs d’interventions respectifs;
  • Leur assurer la continuité de leur offre de services;
  • Les soutenir pour leur permettre de maintenir une bonne santé financière;
  • Les aider à mettre en place les mesures sanitaires;
  • Et prévenir les problématiques d’ordre organisationnel, financier ou technique qui pourraient survenir.

Pour planifier une reprise sécuritaire, nos 42 organismes partenaires ont dû se doter d’un plan qui rencontre les exigences de la santé publique. Ils ont passé des centaines d’heures à le préparer, à le déployer et ils doivent maintenant s’assurer de son respect. Tout ceci, bé-né-vo-le-ment! Pensez à la masse salariale de tout ce bon monde qui sont assis autour de la table pour préparer la reprise des activités des entreprises ou à la Ville. Pour nos 42 organismes, c’est 0$.

Pour aider nos organismes partenaires à passer au travers de cette situation inédite, j’appuierai tout bon plan d’affaires (gagnant-gagnant) qui me sera présenté.

C’est ce qu’a fait le hockey mineur.

Cette aide est ponctuelle, elle est non récurrente.

Si le toit de la bibliothèque se mettait à couler, si un arbre tombait dans l’un de nos sentiers, si le système de climatisation de l’hôtel de Ville était en panne, on agirait rapidement. Pour le hockey mineur, nous sommes dans l’urgence et c’est pourquoi il fallait agir maintenant en adoptant la résolution.

La tournée Jamais sans mon casque à notre MDJ

Cliquer sur les photos pour agrandir…

Hier soir, la tournée «Jamais Sans Mon Casque» était à la Maison des jeunes de Saint-Augustin-de-Desmaures.

Les jeunes étaient invités à donner du style à leur casque de vélo tout en recevant des conseils et informations sur le port du casque, les commotions cérébrales et les divers traumatismes crâniens.

Monsieur Simon Poulin, directeur de la tournée, a livré un message accessible et captivant.

Mon collègue Jean Simard du district no 2 (Portneuf) et moi, nous étions présents. Encore une fois, nous avons pu constater la compétence, l’engagement et le dynamisme des intervenants de la MDJ.

Madame Isabelle Gratton, attachée politique de notre députée, Madame Geneviève Guilbault, participait aussi à l’évènement.

Une vidéo de sensibilisation au port du casque a été tournée par les adolescents cet été. Nous avons assisté à la première projection de celle-ci. Le résultat est impressionnant. Excellente initiative! Nous pouvons avoir confiance en la relève.

Merci aux partenaires qui ont rendu possible l’activité.

Bouclier prévention – Défi Tête la première
Soccer Sport Fitness
SBI – Fabricant de poêles international inc.
IGA des Sources
Geneviève Guilbault – Députée de Louis-Hébert
Ville de saint-Augustin-de-Desmaures

Imagine ta ville

Le 12 août est la journée internationale de la jeunesse.

«Les citoyens de demain, ce sont les jeunes d’aujourd’hui.»

Encourageons la relève à participer dès maintenant à la vie citoyenne et démocratique.

Bientôt, la Ville planifiera le budget 2021 et les investissements des cinq prochaines années.

Les jeunes, imaginez votre quartier, votre Ville! Écrivez à vos élus (vsad.ca/conseil). Plus vous ferez connaître vos opinions et vos besoins, plus vos intérêts seront pris en considération dans les décisions publiques.

Les intervenants jeunesse et les parents, n’hésitez pas à partager vos commentaires.

«Ne vous demandez pas ce que la Ville peut faire pour vous, demandez vous ce que vous pouvez faire pour la ville».

Je soutiens l’association de hockey mineur CRSA

Je tiens en prémices à exprimer mon soutien à l’association de hockey mineur CRSA, aux parents et à tous les jeunes hockeyeurs.

Merci à vos précieux bénévoles administrateurs, entraîneurs et gérants.

Merci Steve et Richard pour le travail accompli ces derniers jours.

Pour ma part, je continue d’appuyer avec vigueur votre proposition et demandes, qui dans les circonstances, sont plus que raisonnables.

Je suis très déçu qu’une majorité des membres du conseil ne se soit pas prononcée en faveur d’une aide financière* pour pallier à une augmentation importante des frais d’inscription due à la pandémie de Covid-19.

Au dernier budget de la Ville, le conseil s’était engagé à geler les tarifs en 2020 et une nouvelle tarification familiale pour les 3ième et 4ième enfants inscrits à la même activité avait été adoptée.

Extrait de la présentation du budget 2020…

Au printemps, en plein coeur de la crise, j’ai affirmé qu’il fallait soutenir à la hauteur de nos moyens les partenaires de la Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures. Ceux-ci sont présents sur notre territoire depuis des dizaines d’années et son essentiels.

La pandémie de la Covid-19, c’est une situation exceptionnelle et non-récurrente.

La gestion financière prudente et conservatrice des 3 dernières années nous permet d’agir ponctuellement en ce moment difficile.

Je n’ai qu’une parole et ma seule prérogative est de maintenir, sinon améliorer, les services aux citoyens.

Comme je le disais dans mon précédent article, la parole est maintenant aux citoyens.

Mobilisez-vous.

Les citoyens ont le pouvoir d’influencer les décisions qui touchent leur vie, leur ville et leur quartier.

Exprimez-vous.
Écrivez à vos conseillers, au maire, à la Ville.


*L’association de hockey mineur CRSA a demandé une aide financière à la Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures afin de pallier aux impacts de la pandémie.

Dans un premier temps, la pause des activités décrétée par le gouvernement en mars dernier a privé l’organisme sans but lucratif de plusieurs sources de revenus (ex. régionaux, ligue de printemps, hockey AAA). De même, les incertitudes qui planent pour la saison 2020-2021 pourraient amplifier les pertes (école de hockey, tournoi Atome-Pee-Wee, cliniques de développement).

Ensuite, le plan de retour au jeu de Hockey Québec, accepté par la santé publique, ainsi que les exigences de la municipalité, font en sorte que des plages horaires additionnelles seront nécessaires pour respecter les mesures sanitaires et maintenir l’offre de services. Ceci implique des coûts supplémentaires de location de glace et des frais de plus pour les conseillers techniques.

Des discussions ont été amorcé avec la Ville depuis quelques semaines déjà, mais à ce jour, le conseil municipal n’a pas répondu favorablement à leur demande.

Il était minuit moins une et l’organisation a dû se résoudre à augmenter les tarifs d’inscription.