Bénévoler: Soutienir les bénévoles – Aide aux organismes partenaires

Les bénévoles augustinois qui s’impliquent dans les organismes communautaires contribuent au dynamisme et à la qualité de vie de notre milieu. Ces bénévoles mettent des milliers d’heures afin de répondre à diverses besoins et à offrir une panoplie de services.

Je considère alors qu’il est plus approprié de parler d’«organismes partenaires», plutôt que d’organismes communautaires.

Nos bénévoles, ils se structurent (conseil d’administration), ils se gèrent, se financent (budget, règles), ils accompagnent (jeunes, aînés, personnes vulnérables), ils éduquent, ils interviennent (environnement, prévention, sécurité), ils rendent des comptes (AGA, élections).

Nous profitons de la très grande expertise de nos bénévoles; nous avons des sportifs de haut niveau (joueurs de ligues professionnelles, athlètes olympiques), des personnes avec des expériences de travail très diversifiées (musiciens, historiens, auteurs, réalisateurs, peintres, archéologue, architectes, horticulteurs, biologistes, écologistes, militaires, etc.), des sommités dans des domaines plus pointus (chercheurs universitaires).

À Saint-Augustin-de-Desmaures, il y a plus de 30 organismes à votre service.

Il y a plusieurs années, la Ville s’est dotée d’une politique de reconnaissance des organismes. Celle-ci a été actualisée en 2018. De par cette politique, la Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures reconnaît l’importance de l’action bénévole et le travail des différents groupes en mettant à leur disposition des moyens, comme le prêt de locaux et de matériel, une aide à la diffusion de leurs activités, des ressources humaines et au besoin, selon ses capacités financières, un appui sous forme de subvention.

À chaque année, les partenaires sont invités à soumettre leurs projets et leurs demandes d’aide financière (avant le 1er août). Une analyse des demandes est réalisée par l’administration et les différents services font des recommandations au conseil. Lors de la préparation du budget, les élus donnent leurs orientations. Puis finalement, en début d’année, les décisions d’accorder ou pas les aides financières sont prises par le conseil en séances publiques.

Il arrive aussi que des aides financières soient accordées de manière «ad hoc»; soit pour répondre à des besoins ponctuels (ex. besoins humanitaires) ou pour profiter d’une opportunité gagnante au bénéfice des citoyens (ex. aide de 5000$ au marché public de Saint-Augustin-de-Desmaures).

L’aide financière accordée par la ville ne représente qu’une fraction du budget de fonctionnement des organismes (en 2019, c’était moins de 6%).

L’appui financier aux organismes est un investissement.

Plusieurs études prouvent que pour chaque dollar public investi dans un organisme de bénévoles, la collectivité en retire en moyenne 3,30$.

Les organismes nous permettent de faire plus avec moins.

Imaginons un instant les coûts et la structure organisationnelle qui seraient requises à la Ville pour servir les 3000 membres augustinois de ces organismes. Si on y ajoute les sous-traitants Kéno et SODEM, on parle de 6000 bénéficiaires; parents, jeunes, moins jeunes, danseurs, musiciens, chanteurs, sportifs (natation, hockey, gymnastique, soccer, arts martiaux, baseball, escrime), etc…

Il est évident que sans bénévole, ce serait impossible de répondre aux besoins.

Depuis un an, les mesures sanitaires ordonnés par la santé publique ont eu des impacts importants pour nos organismes partenaires:

  • Chute ou remboursement des inscriptions;
  • Annulation des activités et d’événements;
  • Annulation des collectes de fonds;
  • Perte de membres;
  • Perte de commandites et de subventions;
  • Perte de revenus provenant de la vente de biens et services.

Plus que jamais, il est primordial de soutenir les bénévoles et les organismes partenaires.

Il faut:

  • Leur permettre de continuer à œuvrer dans leurs champs d’interventions respectifs;
  • Leur assurer la continuité de leur offre de services;
  • Les soutenir pour leur permettre de maintenir une bonne santé financière;
  • Les aider à mettre en place les mesures sanitaires en vigueur;
  • Et prévenir les problématiques d’ordre organisationnel, financier ou technique qui pourraient survenir.

Pour soutenir nos organismes partenaires dans cette situation inédite, j’appuierai tout bon plan d’affaires.

La Ville dispose d’ailleurs d’une somme de 1,35 M$ versée par le ministère des affaires municipales pour compenser les coûts liés à la pandémie et soutenir les organismes communautaires. Ce montant ne peut être affecté à d’autres fins.

Bénévoler: Engagement, résilience et agilité

Cliquer sur les photos pour agrandir…

«Qu’est-ce que la dernière année vous a amené de positif?»

J’ai vu cette question il y a quelques semaines sur la table de travail de ma coiffeuse et c’est géniale!

La dernière année m’a permis de rencontrer et de travailler avec des bénévoles exceptionnels, des gens de coeur, toujours à la recherche de solutions.

Le 26 mars 2020, notre premier ministre lançait un appel au bénévolat pour aider la province à traverser la crise.

Les augustinois ont répondu présents! Autant les plus jeunes que les plus âgés...

Merci pour votre altruisme, votre dévouement, votre créativité, votre bonne humeur, votre sourire et votre grand respect!

Non sans obstacle, les bénévoles de nos organismes communautaires ont tout mis en oeuvre pour remplir leur mission:

  • ils se sont mis au virtuel afin de tenir leurs rencontres et formations;
  • ils se sont dotés de protocoles sanitaires, et ont continuellement révisés ceux-ci, afin de se protéger et de protéger leurs bénéficiaires;
  • les besoins étant croissants, ils ont recherché de nouvelles sources de financement;
  • ils ont poursuivi leurs efforts de recrutement et ont mis en place des stratégies afin de reconnaître le dévouement de leurs membres;
  • ils ont accéléré le développement d’outils en ligne (évènements webdifusés en direct, dons en ligne, encans virtuels, utilisation des médias numériques, boutiques électroniques, etc.).

D’un point de vue humanitaire, les bénévoles…

  • ont livré des commandes d’épicerie, des médicaments et des repas aux personnes isolées;
  • ont remis des denrées alimentaires aux gens touchés financièrement;
  • ont conduit des patients à leurs rendez-vous médicaux;
  • ont maintenu des contacts avec les personnes seules;
  • ont accompagné des malades;
  • ont apporté du réconfort aux personnes éprouvées.

D’autres groupes de bénévoles ont aussi poursuivi leurs actions afin d’améliorer la qualité de vie des augustinois. Voici quelques exemples:

  • des riverains ont entretenu pendant plusieurs semaines un anneau de glace sur le Lac Saint-Augustin et une grande mobilisation citoyenne s’est suivi pour que ce projet soit mené par la Ville;
  • les membres du Club Lions CRSA ont tenu leurs rencontres et leurs activités de financement en virtuel afin de continuer d’aider les organismes du milieu comme Présence-Famille;
  • les athlètes augustinois et carougeois qui s’exercent dans des conditions difficiles ont été reconnus lors de la remise de bourses virtuelle de l’Aide aux athlètes CRSA;
  • un membre de la Société d’histoire a préparé les bases d’un documentaire qui raconte l’évolution et le destin des deux campus intercommunautaires;
  • les ambassadeurs de la sécurité routière de l’organisme Solidarité Familles et Sécurité routière ont diffusé plusieurs capsules de sensibilisation enregistrées dans notre municipalité;
  • les artistes de l’association culturelle ont produit des cartes avec des messages d’espoir qui ont été distribuées aux aînés habitants en résidence;
  • une activité de prévention et sensibilisation sur le port du casque à vélo, à trottinette et à planche à roulettes a été tenue en collaboration avec la maison des jeunes; les jeunes ont produit une vidéo de sensibilisation qui sera diffusée lors d’une grande campagne provinciale;
  • des jeunes étudiants bénévoles du SSF ont participé aux collectes de sang Héma-Québec;
  • des musiciens ont donné des performances virtuelles pour nous divertir; etc.

Engagement, résilience et agilité.

Merci! Merci! Merci!

Semaine de l’action bénévole – 18 au 24 avril

Étant impliqué dans plusieurs organismes qui oeuvrent dans notre communauté, je peux témoigner de votre rôle essentiel.

Merci à tous les bénévoles augustinois!

Aujourd’hui, plus que jamais, votre solidarité n’aura jamais été aussi bénéfique.

En plus d’avoir un impact sur les autres, «bénévoler procure de nombreux bienfaits tant sur la santé physique que psychologique des bénévoles eux-mêmes.»

Je publierai cette semaine trois articles:

  • Lundi le 19 avril: Engagement, résilience et agilité des bénévoles;
  • Mercredi le 21 avril: Soutien de la Ville aux organismes communautaires;
  • Vendredi le 23 avril: Défis à relever et mon projet de «Forum» des organismes partenaires.

Programme de reboisement et de compensation pour la perte de couvert forestier

À la séance extraordinaire du 9 avril, le conseil a approuvé le plan d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA) visant l’agrandissement du Centre Casa* (voir l’image ci-dessous – zone A en jaune) et de son stationnement (voir l’image ci-dessous – zone P en gris).

Il y avait dans ce dossier des considérations architecturales, que je pourrai aborder ultérieurement, mais je vais plutôt m’attarder ici à l’aspect de l’occupation au sol.

En fait, dans la zone PX-2 où se trouve le bâtiment, il est permis d’occuper jusqu’à 20% du terrain. Les travaux projetés feront passés le taux d’occupation au sol** de 5,3% à 7,1%.

Comme on peut le voir sur l’image ci-dessus, l’impact est mineur, mais quelques arbres matures devront quand même être abattus.

J’ai appuyé la résolution qui autorise les travaux, mais lors de la période d’intervention des élus, j’ai partagé une proposition que j’ai déjà fait à mes collègues pour que notre Ville se dote d’un programme de reboisement et de compensation pour la perte de couvert forestier. Voici mon propos…

On ne doit pas opposer développement et environnement. J’espère que ce plaidoyer portera fruit et permettra à Saint-Augustin-de-Desmaures de se doter d’une telle politique.

À noter que mon collègue Jean Simard et moi, nous déposerons dans le cadre des consultations publiques de la révision du plan d’urbanisme une réflexion, un document que l’on appelle «livre vert et bleu», sur «la protection, la valorisation et l’accessibilité» des milieux écologiques augustinois.


*Le Centre CASA est un organisme à but non lucratif dont la mission est d’offrir des services spécialisés de prévention et de traitement des dépendances. Ceux-ci s’adressent aux personnes adultes, de même qu’à leur entourage, et se donnent tant en hébergement à l’interne qu’en consultation externe.

Plus de détails: https://www.centrecasa.qc.ca.


**Dans la zone PX-2 (règlement de zonage), l’occupation au sol minimale est de 9%. Même avec l’agrandissement projeté, le bâtiment sera en dessous de la norme, mais c’est permis dû à un droit acquis. La réglementation actuelle est entrée en vigueur après la construction initiale.


Consultez tous mes articles à propos de l’environnement.

RALENTISSONS pour nos enfants !

L’école est en pause, les sports d’intérieurs ne sont pas permis, le beau temps est à nos portes…

Les jeunes occupent les rues du quartier.

RALENTISSONS pour nos enfants !


Distance de freinage, vitesse d’impact et champ de vision

À 50 km/h, la distance de freinage est 2 fois plus grande qu’à 30 km/h (figure 1).

À une vitesse d’impact de 50km/h, la probabilité de décès d’un piéton est de 75%. À 30 km/h, la probabilité de décès diminue à 10% (figure 2).

Évidemment, plus on roule vite, plus petit est notre champ de vision (figure 3).

Cliquez sur les images pour agrandir…


Jeux dans la rue

Selon l’article 17 du Règlement 2014-429 paix et bon ordre, il est permis de jouer dans la rue à condition de ne pas troubler la paix et la tranquillité publique.

Évidemment, dans un contexte sécuritaire, il est de votre responsabilité:

  • d’éviter de jouer sur les artères et les routes collectrices;
  • de s’assurer d’être visible des automobilistes principalement dans des pentes et près des courbes.

La voie publique doit être libérée de tout équipement de jeu lorsqu’il n’y a plus de joueurs à proximité.

Attention: Les paniers de basket laissés en bordure de rue nuisent au nettoyage printanier des rues, ainsi qu’à la collecte des matières résiduelles. Assurez-vous de laisser la rue libre et de placer les bacs à distance d’au moins 1m de tout obstacle.


Cliquez sur ce lien pour consulter tous mes articles sur la sécurité routière.