13e campagne de sensibilisation de Solidarité Familles et Sécurité Routière

Ce matin, l’organisme Solidarité familles et sécurité routière (SFSR) a lancé sa 13e campagne de sensibilisation.

«La sécurité routière, j’en fais mon affaire!»

Plusieurs partenaires étaient présents et à l’unisson, ils ont insisté sur l’importance de redoubler de prudence dans les zones scolaires et dans les quartiers résidentiels.

Notre maire, M. Sylvain Juneau, a pris la parole. Il suggère de discuter de sécurité routière avec nos proches, nos voisins, nos collègues. D’en parler souvent. De «taper» le message encore et encore. Ainsi, nous pourrons influencer notre entourage à adopter de bons comportements et même se corriger soi-même.

La sécurité routière est l’une des principales préoccupations des citoyens. L’engagement pour la sécurité routière et la qualité de vie dans les quartiers résidentiels ne cessent de croître.

La ville de Saint-Augustin-de-Desmaures est partenaire de l’organisme SFSR depuis 2018. D’ailleurs une aide financière de 1000$ leur a été confirmé mardi dernier en séance.

Cliquez sur les photos pour agrandir…

Appui financier à Solidarité Familles et Sécurité Routière

Solidarité familles et sécurité routière (SFSR) vous invite au lancement de sa 13e campagne de sensibilisation à la sécurité routière dans les quartiers résidentiels et les zones scolaires. Ce lancement est jeudi le 22 septembre à 10h30 à l’école les Bocages.

La sécurité routière est l’une des principales préoccupations des citoyens. L’engagement pour la sécurité routière et la qualité de vie dans les quartiers résidentiels ne cessent de croître.

Sur recommandation du comité consultatif sur la circulation et la sécurité routière, la Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures a confirmé ce soir en séance une aide financière de 1000$ à l’organisme SFSR afin de soutenir sa mission et ses actions sur le territoire augustinois.

Nouveaux équipements à l’essai

Cliquez sur les images pour agrandir…

Les nouveaux radars pédagogiques sont à l’essai sur Jean-Juneau. En plus d’afficher la vitesse, les appareils collectent des données qui permettent de faire des interventions ciblées.

RALENTISSONS ET SOYONS VIGILENTS !

À noter que la ville a obtenu une subvention de 97000$ du fonds sécurité routière du ministère du transport du Québec (MTQ) pour l’acquisition de panneaux de signalisation, d’afficheurs dynamiques de vitesse et d’appareils «qualiflash» pour les traverses de piétons.

Le premier «qualifash» sur notre territoire est sur L’Hêtrière à la hauteur du parc Riverain.

La Ville a une section «Sécurité routière» sur son site web: vsad.ca/securite-routiere.

Vous êtes invités à faire part de vos demandes, commentaires, suggestions et solutions sur le sujet de la sécurité routière en écrivant à l’adresse: securiteroutiere@vsad.ca.

*Pour les dénonciations ou urgence, faites le 911.

La rentrée – Les brigadiers

13 passages piétonniers ou intersections sont protégés par des brigadiers scolaires à Saint-Augustin-de-Desmaures.

«Lorsque la circulation est dirigée par un brigadier scolaire, toute personne doit, malgré une signalisation contraire, obéir à leurs ordres et signaux». (Code de la sécurité routière, article 311)

Ne pas obéir à ses signaux ou à ses ordres est une infraction qui entraîne une amende de 200$ à 400$ et 4 points d’inaptitude.

Concrètement, lorsque que le brigadier fait traverser les enfants en tenant un panneau d’arrêt, les conducteurs ont l’obligation de s’arrêter au signal, tout comme ils le feraient si un policier leur demandait de s’arrêter. Les conducteurs doivent restés immobiles jusqu’à ce que la circulation soit à nouveau autorisée par le brigadier.

Parfois, les brigadiers subissent des gestes d’impatience. Il arrive qu’ils se fassent invectiver, car «ils feraient perdre de précieuses secondes»…

Pourtant!

Les brigadiers scolaires assurent la sécurité de ce que nous avons de plus précieux: nos enfants. Ils les aident à adopter des comportements prudents dans la circulation, de façon à ce qu’ils deviennent un jour des piétons responsables.

Les brigadiers côtoient souvent les mêmes enfants. Il ne faudrait surtout pas sous-estimer l’influence qu’ils peuvent avoir.

Les enfants ne sont pas aptes à tout comprendre, à prévoir toutes les situations et à avoir une vraie prise de conscience de tous les risques. Bref, l’enfant n’a pas les capacités de l’adulte et c’est aux adultes qui l’entourent (parents, enseignants, brigadiers scolaires) à l’aider à devenir autonome.

La présence des brigadiers est essentielle aux abords de plusieurs intersections achalandées pour éviter de fâcheux accidents.

Un peu de compassion pour nos brigadiers! Ils le méritent réellement!

Planifiez vos déplacements!