Remplacement des frênes malades

L’automne dernier, plusieurs frênes malades ont été remplacés au parc des Artisans.

Sur tout le territoire de la Ville, plusieurs frênes sont touchés par l’Agrile du frêne. N’ayant pas de prédateur naturel nord-américain, cet insecte d’origine asiatique détruit des millions d’arbres dans les zones forestières et urbaines du Québec.

«La Ville a pris la décision de mettre l’emphase sur le remplacement des arbres. Plusieurs municipalités ont tenté de retarder l’invasion de l’insecte en dépensant d’importantes sommes en traitements qui n’ont que des effets temporaires.

Le conseil municipal de VSAD a plutôt fait le choix de planter de nouvelles essences sur le domaine public, de façon curative, là où des frênes malades sont abattus, ou préventive, là où l’on constate la présence en grande quantité de frênes sains mais inévitablement condamnés.

Des essences variées et résistantes aux maladies sont privilégiées.» – Sylvain Juneau, maire.

Consultez tous mes articles à propos de l’environnement.

Projet pilote portant sur la collecte des résidus alimentaires

Crédit photo: Ville de Québec

Participez au projet pilote de collecte de résidus alimentaires de l’agglomération.

Ce projet vise à évaluer:

  • Le choix du sac et du contenant dans la cuisine;
  • Et le comportement des sacs dans les camions de collecte.

Remplissez le formulaire avant le 25 avril 2021 afin de vérifier votre admissibilité à participer à ce projet pilote.

Plus de détails au https://vsad.ca/projet-pilote-residus-alimentaires.


Le traitement des matières résiduelles (déchets et recyclage) est une compétence d’agglomération. Notre Ville est responsable uniquement de la collecte.

La collecte et le traitement des résidus alimentaires est prévue à partir de 2022, au moment où le «Centre de biométhanisation de l’agglomération» sera prêt à les recevoir.

Voyez cette capsule pour plus de détails.


Consultez tous mes articles à propos de l’environnement.

Programme de reboisement et de compensation pour la perte de couvert forestier

À la séance extraordinaire du 9 avril, le conseil a approuvé le plan d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA) visant l’agrandissement du Centre Casa* (voir l’image ci-dessous – zone A en jaune) et de son stationnement (voir l’image ci-dessous – zone P en gris).

Il y avait dans ce dossier des considérations architecturales, que je pourrai aborder ultérieurement, mais je vais plutôt m’attarder ici à l’aspect de l’occupation au sol.

En fait, dans la zone PX-2 où se trouve le bâtiment, il est permis d’occuper jusqu’à 20% du terrain. Les travaux projetés feront passés le taux d’occupation au sol** de 5,3% à 7,1%.

Comme on peut le voir sur l’image ci-dessus, l’impact est mineur, mais quelques arbres matures devront quand même être abattus.

J’ai appuyé la résolution qui autorise les travaux, mais lors de la période d’intervention des élus, j’ai partagé une proposition que j’ai déjà fait à mes collègues pour que notre Ville se dote d’un programme de reboisement et de compensation pour la perte de couvert forestier. Voici mon propos…

On ne doit pas opposer développement et environnement. J’espère que ce plaidoyer portera fruit et permettra à Saint-Augustin-de-Desmaures de se doter d’une telle politique.

À noter que mon collègue Jean Simard et moi, nous déposerons dans le cadre des consultations publiques de la révision du plan d’urbanisme une réflexion, un document que l’on appelle «livre vert et bleu», sur «la protection, la valorisation et l’accessibilité» des milieux écologiques augustinois.


*Le Centre CASA est un organisme à but non lucratif dont la mission est d’offrir des services spécialisés de prévention et de traitement des dépendances. Ceux-ci s’adressent aux personnes adultes, de même qu’à leur entourage, et se donnent tant en hébergement à l’interne qu’en consultation externe.

Plus de détails: https://www.centrecasa.qc.ca.


**Dans la zone PX-2 (règlement de zonage), l’occupation au sol minimale est de 9%. Même avec l’agrandissement projeté, le bâtiment sera en dessous de la norme, mais c’est permis dû à un droit acquis. La réglementation actuelle est entrée en vigueur après la construction initiale.


Consultez tous mes articles à propos de l’environnement.

AGA du Conseil de bassin du Lac Saint-Augustin

J’ai assisté ce soir à l’assemblée générale annuelle virtuelle du Conseil de bassin du Lac Saint-Augustin – CBLSA.

Je tiens à souligner l’excellent travail des administrateurs, des bénévoles et de Madame Nathalie Gaudet, chargée de projets.

L’an 2020 a été marquée par plusieurs projets, dont certains se poursuivent en 2021:

  • information, sensibilisation et mobilisation des citoyens;
  • suivi de la qualité de l’eau du lac et des symptômes d’eutrophisation;
  • accompagnement des résidents dans leurs travaux de végétalisation et stabilisation des rives;
  • renouvellement des bouées/panneaux conformes;
  • collaboration avec la SHSAD à la conception d’un panneau didactique sur l’histoire du lac;
  • démarches auprès des autorités pour la remise en état des deux «Marais Épurateurs Construits» (MEC);
  • participation au «comité consultatif pour les enjeux entourant le lac Saint-Augustin».

Site web du CBLSA: lacsaintaugustin.com.

Bravo et bonne continuation!


Après l’AGA, une discussion d’une trentaine de minutes a eu lieu sur les grands défis de la revitalisation du lac. Il en ressort que la « mobilisation » de tous est le principal enjeu.

Cela me permet de rappeler qu’avec quelques collaborateurs, dont mon collègue Jean Simard, Conseiller du district Portneuf, nous élaborons un « document de travail », réflexion ou mémoire, à propos de la protection, la valorisation et l’accessibilité des milieux naturels. Nous pensons que cette vision pourrait être un des éléments qui initiera une mobilisation. Nous présenterons ce document dans le cadre des consultations qui doivent mener à la révision du plan d’urbanisme.


Visionnez à nouveau cet épisode de la série EAUtrement à propos des enjeux du Lac Saint-Augustin.


Consultez tous mes articles à propos du Lac Saint-Augustin.