Deux nouveaux skateparks à Saint-Augustin-de-Desmaures

Mercredi dernier, le «service des loisirs, de la culture et de la vie communautaire» (SLCVC) a tenu une consultation virtuelle en lien avec le projet de mise à niveau des deux skateparks de la municipalité.

Source: Les Augustinois Actifs

De jeunes citoyens engagés en devenir

Bravo pour ce bel exercice de participation citoyenne! J’y ai assisté avec mon fils. C’était très intéressant d’entendre les questions et suggestions des jeunes. Pour plusieurs, c’était leur première expérience de consultation publique.

Il est important de rappeler que la priorisation de ce projet au «plan quinquennal d’immobilisation» (PQI) découle d’une belle mobilisation des jeunes augustinois.

L’été dernier, Louka Bouchard et Émilien Bélanger pratiquaient leur sport favori dans des skateparks comme celui de Pont-Rouge.

Bien entendu, les deux jeunes hommes de 11 et 12 ans souhaitaient avoir des équipements semblables à proximité.

Avec l’aide de leurs parents, ils ont alors fait circulé un formulaire à travers leurs réseaux et près de 150 répondants ont appuyé l’initiative. Le 31 août dernier, Louka et Émilien, accompagnés de leur maman, se sont présentés à la séance du conseil pour faire part de leurs besoins.

Réalisation

Quelques mois plus tard, le conseil adopta le PQI qui incluait un investissement de 500000$ pour les deux skateparks (Bocages et Village). L’appel d’offres a été lancé récemment, à la mi-mars, et la réalisation est prévue cet été (en août).

Expertise

L’administration a pris une excellente décision de s’adjoindre les services d’un expert (Louis Grégoire, Québec Skateboard Camp) afin d’être soutenue pendant tout le processus d’élaboration du projet, soit jusqu’au comité de sélection. M. Grégoire était présent à la consultation pour échanger avec les jeunes.

Prévention

Depuis deux ans, la Ville collabore avec l’organisme «Avec Toute Ma Tête» qui a pour mission de «promouvoir la prévention des commotions cérébrales, des divers traumatismes crâniens et des blessures médullaires dans les activités sportives et de loisirs au Québec».

M. Simon Poulin, directeur général de l’organisme, a aussi été invité à la rencontre afin de rappeler l’importance du port du casque dans tous les sports où il y a des risques de chocs à la tête, comme le skateboard et la trottinette. M. Poulin en a profité pour introduire un des ambassadeurs de sa campagne de prévention 2021, l’augustinois Alexandre Thivierge (et aussi résident de notre quartier), qui a livré un bref témoignage très efficace.

Projet complet / Synergie

La mise à niveau des skateparks est un très bon exemple de projet complet. Il origine d’un besoin exprimé par la population, ici notre jeunesse. Les citoyens ont été consultés. La conception est suivi par un expert. Puis, les aspects de prévention et de suivi sont intégrés dans l’ensemble.

«Good job» à tous les acteurs du projet!

Je défendrai mon intégrité !

ledistrict3.com/vrai

On a porté à mon attention certains articles publiés sur les réseaux sociaux. J’ai tenté d’aller vérifier, mais je suis bloqué dans ces groupes et/ou par les auteurs. J’ai dû me créer un faux profil pour y accéder.

Dans ces publications, les auteurs se moquent de mon accent, de ma façon de m’exprimer, de mon apparence et tente de me diminuer intellectuellement. Aucun argument fondé n’est présenté, les vidéos des séances sont manipulées et prises hors-contexte.

Apparemment, je n’ai aucune vision, je ne fais que copier les idées des autres, je ne respecte pas la démocratie, je ne consulte pas les citoyens, je n’ai eu ou je n’ai aucun impact sur notre quartier ou notre municipalité.

Je n’ai jamais su travailler en équipe et on m’attribue de prendre des décisions misogynes.

«Coudon», je suis le plus grand imposteur que Saint-Augustin-de-Desmaures a connu en 375 ans d’existence…

Je me suis demandé si devais réagir. J’ai hésité jusqu’à ce que je m’aperçois que ces publications atteignaient mes proches. La campagne électorale ne débute que dans 5 mois et nous en sommes déjà là. La vie est déjà complexe avec la COVID-19, le niveau de stress et d’anxiété est déjà assez haut, je ne peux pas laisser ces attaques sous silence et il faut y mettre un frein.

Alors oui, il y a des pages Facebook et des fils Twitter qui propagent de la haine à Saint-Augustin-de-Desmaures. Ils laissent croire qu’ils sont neutres et objectifs. C’est faux! La plupart du temps, les administrateurs de ces pages ne sont pas identifiés. Les auteurs des articles publient dans l’anonymat, du moins c’est ce qu’ils essaient de faire… Malgré un petit jeu de cache-cache, l’organigramme des personnes qui gèrent ces plateformes devient de plus en plus évident (de la famille, des amis proches, du personnel politique, des réseaux bien organisés). Les liens entre ces gens pourront être dévoilés en temps et lieu…

Certains profils sont publics et en consultant ceux-ci, vous verrez rapidement que ces personnes publient des propos négatifs, intimidants, dégradants, racistes et de mauvais goûts.

Deux de mes collègues du conseil municipal qui s’opposent systématiquement à mon travail depuis un moment socialisent avec certaines de ces personnes et relaient cette désinformation. En agissant ainsi, ces élus donnent une forme d’appui moral à ces fausses nouvelles.

Un petit groupe de personnes, dont des ex-candidats aux élections antérieures, des ex-élus, des sympathisants de l’équipe Corriveau et même des anciens employés de la Ville, tentent d’imposer leurs idéologies à l’ensemble des augustinois. Les ennemis d’autrefois s’allient pour avoir plus d’impacts négatifs sur mes collègues, le maire Sylvain Juneau, les conseillers Jean Simard, Jonathan Palmaerts et moi.

Bien entendu, tous les citoyens doivent s’exprimer et participer au débat public, mais pour ma part, il n’est pas question de laisser une sur-représentativité disproportionnée à quelques individus, et laisser des élus, qui se sont engagés envers ces petits lobbys, mettre de la pression sur notre administration.

Sans argument solide, sans suggestion concrète, les agents de la désinformation mènent une propagande qui a des répercussions néfastes sur l’intérêt public, la culture politique et l’intégrité de notre conseil municipal.

Toute ma vie (je n’ai que 41 ans), je me suis impliqué et j’ai fait du bénévolat, autant à mon travail que dans ma communauté. C’est un héritage que je tiens de cinq femmes fortes, inspirantes, qui continuent de m’épauler et que j’aiment profondément: mon épouse, ma mamie, ma mère et ses deux soeurs, mes tantes.

M’attribuer le qualificatif de misogyne, ce n’est vraiment pas me connaître et/ou être aveuglé par une acrimonie maladive à mon égard.

Lorsque je prend une décision dans mon rôle de conseiller et dans ma vie de tous les jours, je la prend en analysant l’ensemble des éléments du dossier, mais certainement pas sur la base du sexe, de la race, de la religion, de l’apparence ou de tout autre critère discriminatoire.

Avant de partir du commérage ou d’écrire un «communiqué», il faut un minimum de rigueur et il y a un minimum de vérifications à faire. Les citoyens doivent aussi se demander quel est l’intérêt de ces groupes qui sont aussi rapides sur la gâchette accusatrice. Souvent, on n’a pas besoin de chercher très longtemps, car cela sert bien leur cause autant en membership que financièrement.

La compétence, l’intelligence et l’engagement n’a pas de sexe. L’incompétence, l’ignorance et la lâcheté n’a pas de sexe non plus.

J’invite mes détracteurs à valider leurs spéculations à mon sujet avec les femmes qui œuvrent comme administratrices ou directrices dans les organismes partenaires et les clubs sportifs de Saint-Augustin-de-Desmaures. Je les ai toutes, ou presque, rencontrées, j’ai travaillé avec plusieurs et elles me connaissent.

Cet hiver, le conseil de Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures a adopté une résolution sur le sujet de l’«Intimidation envers les élues et élus municipaux et la dégradation du climat politique dans de nombreuses municipalités».

Je prendrai assurément des mesures au moment opportun pour défendre mon intégrité et protéger ma famille de ce vaudeville.

Yannick LeBrasseur, Votre conseiller municipal.

🏷 Élections 2021

Projet pilote portant sur la collecte des résidus alimentaires

Crédit photo: Ville de Québec

Participez au projet pilote de collecte de résidus alimentaires de l’agglomération.

Ce projet vise à évaluer:

  • Le choix du sac et du contenant dans la cuisine;
  • Et le comportement des sacs dans les camions de collecte.

Remplissez le formulaire avant le 25 avril 2021 afin de vérifier votre admissibilité à participer à ce projet pilote.

Plus de détails au https://vsad.ca/projet-pilote-residus-alimentaires.


Le traitement des matières résiduelles (déchets et recyclage) est une compétence d’agglomération. Notre Ville est responsable uniquement de la collecte.

La collecte et le traitement des résidus alimentaires est prévue à partir de 2022, au moment où le «Centre de biométhanisation de l’agglomération» sera prêt à les recevoir.

Voyez cette capsule pour plus de détails.


Consultez tous mes articles à propos de l’environnement.