Achat de 2 radars pédagogiques

Ce soir, le conseil a adopté une résolution à majorité (4 pour / 3 contre) pour faire l’achat de deux radars pédagogiques sur remorque pour un montant de 24 500$.

Chaque élu a pu justifier son vote lors du débat public sur la question…

Nous achèterons exactement le même modèle qu’en 2019 qui performe bien selon les opérateurs.

Le territoire à couvrir est grand et la demande est toute aussi grande. Nous aurons alors maintenant 4 équipements mobiles au total pour couvrir la municipalité (150 km de rues / 3 écoles primaires situées dans les 2 pôles de la Ville).

Il faudra d’autres radars, mais des fixes (installations permanentes) pour les points plus sensibles.

Les délais de livraison sont habituellement de 5 à 6 semaines pour ce type d’équipement. Espérons que nous les aurons à temps pour la rentrée scolaire et le début du déploiement de la stratégie de sécurité routière.

Pour plus de détails sur la stratégie de sécurité routière:
ledistrict3.com/strategie.


Ces panneaux peuvent diffuser des messages variables, mais lorsque jumelés à un radar, ils deviennent un outil de pédagogie, d’encadrement et d’intervention.

En plus de rappeler la vitesse avec laquelle le véhicule roule, le système a la capacité de collecter une multitude de données :

  • Nombre de véhicules;
  • Heures de passage;
  • Vitesses;
  • Faire des rapports.

En analysant les informations recueillies, différentes stratégies pourront être mises en place.

Partager :

Une réponse sur “Achat de 2 radars pédagogiques”

  1. Comment justifier l’achat de ces 2 équipements?

    En 2018, la Ville a acheté 4 panneaux. 2 ont été installés sur la rue Jean-Juneau pour faire du rodage. 1 autre sur Saint-Félix pour rodage aussi. Le 4e est resté dans la boîte. Il ne marchait pas. Après quelques semaines, tout a été démonté et retourné au fournisseur. Nous avons été remboursé complètement. Nous avons alors acheté 2 radars en 2019. À l’automne, 1 radar a été installé sur la route 138 lors du changement de vitesse (devant le Canac). L’autre a été installé sur Saint-Félix (changement de vitesse zone scolaire). Ils n’ont pas été utilisé à l’hiver. Au printemps 2020, les deux ont été installés sur le chemin du Roy pour indiquer de ralentir et de ne pas stationner. Puis depuis une semaine, il y a un radar sur du Sourcin et sur la rue du Brome. 2 ans d’attente pour la rue du Brome. Aucun panneau fonctionnel dans mon quartier.
    Donc pour les données recueillies en quelques mois, on n’a pas grand chose.
    Cependant, nos services sont satisfaits des 2 équipements.
    On avait déjà prévu en acheter 2 autres si nous étions satisfaits.
    J’ai proposé cette résolution, car aucun plan crédible de sécurité routière ne peut être mis en place sans méthode de sensibilisation, de suivi, de collecte de données, d’encadrement et d’évaluation des impacts des mesures mises en place.
    J’ai proposé cette résolution, car je dispose de suffisamment de littérature sur les plans d’action en sécurité routière qui ont été mis en place depuis plus de dix ans dans les villes de la Rive-Sud de Montréal, un peu partout au Québec, et à la Ville de Québec.
    Nous ne sommes pas en avance au niveau de la sécurité routière.
    Ces informations ont été mises à la disposition de mes collègues.
    J’ai proposé cette résolution à la suite de sondage auprès des citoyens de mon quartier (161 participants). 125 personnes ont signé un engagement citoyen à ralentir et près de 100 personnes m’ont demandé un aimant à être apposé sur leur voiture qui invite à ralentir. J’ai offert le tout gratuitement.
    Avec l’organisme Solidarité Familles et Sécurité Routière, j’ai participé à 6 activités de sensibilisation aux abords des écoles de Saint-Augustin-de-Desmaures et j’ai pu constater les mauvais comportements.
    Avec les étudiants en techniques policières du CNDF, j’ai participé à une activité de sensibilisation près de l’école les Bocages et nous avons noté une centaine d’infractions en quelques heures.
    Les policiers ont été appelés et plus d’une trentaine de constats d’infraction ont été remis.
    J’ai discuté avec des brigadiers, des surveillants de cour d’école, des policiers.
    J’ai participé à toutes les consultations publiques de la Ville de Québec sur leur stratégie.
    J’ai reçu depuis avril des plaintes à répétition de citoyens d’un peu partout dans la Ville.
    J’ai aucun problème à justifier la décision prise hier, je pourrais en parler encore pendant des heures.
    Depuis 3 ans, j’essaie de faire avancer ce dossier petit à petit, mais avec la Covid qui est venu amplifier le tout, mes commettants s’attendent à des résultats.
    Heureusement que la Ville de Québec déployait son plan cette année.
    Pas capable en 3 ans de mettre un bollard sur Jean-Juneau ou de mettre en place des initiatives de bon voisinage. Il fallait attendre un plan global.
    Le plan global est lancé…
    6 semaines de livraison. Le retour en classe est dans 7 semaines.
    Avec cette décision, nous pourrons faire de la sensibilisation dans 4 rues au lieu de 2.
    On a 150 km de rues à Saint-Augustin-de-Desmaures. 50 rues dans un rayon de 1,6 km autour de l’école des Pionniers.
    L’heure n’est plus aux études et aux discussions interminables.
    Il n’est plus question pour moi de retarder ce dossier, je passe à l’action.
    Il y a quelques semaines, un jeune garçon a été frappé par une moto sur la route du Haut-Fossambault.
    L’enfant a été gravement blessé.
    Il y a eu un décès d’un jeune cycliste sur Jean-Juneau il y a quelques années.
    Je remercie mes collègues Jean Simard, Jonathan Palmaerts et le maire Sylvain Juneau d’avoir appuyé ma proposition et d’être des Ambassadeurs de la sécurité routière.
    Pour plus d’informations sur mon implication dans la sécurité routière: ledistrict3.com/strategie.

Commentaires